Google Website Translator Gadget

divendres, 28 de setembre de 2012

Pins, cales, roques... i banyistes
PInes, creeks, rocks... & bathers

Banyistes


Tu vois Olivia, un autre année s'est écoulée, avec le pinceau à la plage, en attendant que l'après-midi chaud se passe, avec l'espoir du soir plus fraîche, et entre-temps capturant ici et là-bas ces figures heureuses, abandonnées du soin du travail et de l'école... 


Panoràmica de cala dels Angels

Part esquerra de la panoràmica
Part dreta de la panoràmica


C'est n'est pas seulement l'exercice de dessiner des figures qui posent gratuitement mais une sorte du désir d'immobiliser le temps nostalgique de l'été de l'enfance et de l'emporter chez nous pour nous rappeler que ce temps est réel au moins une fois par an... 

Senyora sola


Banyistes i esculls

Dos homes asseguts a l'ombra
Playa Cristal i passeig

Figures i pins

Espigó d'Hospitalet de l'Infant

4 comentaris:

  1. Hola Carlos, son geniales, muy sueltas las pinturas.

    Un fuerte saludo

    ResponElimina
    Respostes
    1. Hola Rosa. Gracias por tus palabras. En estas obras, que yo suelo llamar dibujos y la gente a veces pinturas monocromas, lo del nombre no debería ser importante... pero temo que si le empiezo a llamar pintura, algo sutil se empieza a tensar y la soltura que celebras empieza a desaparecer. Es curioso que pasen estas cosas... Un abrazo.

      Elimina
  2. Oh, comme je les adore tes dessins de la plage ! Merci Carlos pour ce très beau post qui me fait très plaisir :) Je crois que tu as raison. C'est aussi l'idée des vacances à la plage de mon enfance qui me poursuit et me séduit autant. L’insouciance du temps où les jeux de plage occupaient nos journée d'été! J'ai particulièrement aimé ton panoramique " Panoràmica de cala dels Angels", ce paysage dans lequel on sent la liberté. La femme seule a un côté émouvant. Enfin, j'ai aimé l'ambiance dynamique des baigneurs dans "Banyistes i esculls". Merci pour ce bain de fraîcheur et vivement l'année prochaine et de nouveaux dessins de plage, n'est ce pas Carlos ? Bisous.

    ResponElimina
    Respostes
    1. La liberté dont nous parlons ici est un état intérieur (et pas les libertés civiles ou d'autres choses). La plage, les rochers, les arbres sont l'inverse de l'horaire planifié, du rendez-vous du travail, de la circulation sur la route. Ainsi, les dessins s'écoulent dans un état de liberté où se represente précisement la liberté, et cette liberté est quelque chose d'infantile, d'abandonner les responsabilités. C'est toute une civilisation qui utilise la plage comme un lieu d'abandon: pas de travail, pas de vêtements, pas de travail, et au lieu de l'effort vers un but fixé nous avons le cycle molle des vagues que ne vont nulle part, le cycle douce du soleil que incline les ombres -à Bretagne il y a aussi le flux des marées qui passent inaperçus dans la Méditerranée ...- Les dessins sont dans un état de grâce: pas pour sa qualité mais parce qu'ils sont produits à partir de la grâce qui vient du flux de l'été ... Bises, Olivia, et merci par ton soutien.

      Elimina